Air primaire et secondaire : zoom sur la combustion propre 

Choix de l’appareil, du bois, installation et utilisation dans les règles de l’art sont nécessaires pour un poêle à bois qui respecte l’environnement. Bien comprendre le mécanisme et l’importance de la combustion est ainsi essentiel : nous vous expliquons comment le bois, le feu et l’air doivent fonctionner en cercle vertueux.

Pourquoi bien gérer l’air est si important pour une combustion propre ?

Lorsque vous allumez votre feu, il faut qu’il y ait beaucoup d’air, car l’air est une des composantes qui entre en jeu dans le processus de combustion. L’air permet la combustion du combustible (le bois, le gaz…). Si la quantité d’air disponible est satisfaite, il assure une température suffisamment élevée pour brûler une grande partie des gaz et des particules extraites du bois lorsqu’il se consume. A contrario, si le feu ne bénéficie pas d’assez d’air, la combustion n’est pas propre.

Vous doutez de la qualité de votre combustion ? C’est assez simple à vérifier : si elle n’est pas complète, vous constaterez des dépôts de suie sur le conduit et la fumée émise aura une couleur noire, car chargée en particules qui se déposent sur la vitre. Et si la combustion est bonne, une fumée blanche ou transparente et l’absence de dépôt de suie en sont la preuve.

Que sont l’air primaire et secondaire ?

Connaître les trois phases de combustion est essentiel, car cela indique à quel moment il faut apporter de l’air. La plupart des poêles à bois sont équipés d’une arrivée d’air primaire et secondaire, parfois aussi d’air tertiaire :

  •     Le clapet d’air primaire est utilisé pour le démarrage du feu (fonction de starter)
  •     Le clapet d’air secondaire commande son arrivée au niveau de la vitre. Il est utilisé pendant la combustion et brûle les gaz imbrûlés par l’air primaire.
  •     L’air tertiaire, qui équipe les poêles les plus récents, complète la combustion à haute température.

Comment gérer l’air lors des différentes phases de combustion ?

La gestion de l’air primaire et de l’air secondaire se fait manuellement :

  •     La phase d’allumage : les airs primaire et secondaire doivent être ouverts, afin de laisser entrer un maximum d’air pour assurer la montée en température du foyer le plus vite possible. Une fois que le petit bois a brûlé et que vous avez obtenu vos braises, la combustion peut démarrer.
  •     La phase de combustion : lorsque les flammes sont vives, il faut réduire le débit d’air pour que le bois ne se consume pas trop vite. Ceci s’effectue en fermant le clapet d’air primaire. Le feu doit rester à une température élevée pour une combustion respectueuse de l’environnement e avoir son meilleur rendement. Le clapet d’air secondaire doit être ajusté, il doit garantir une alimentation d’air suffisante avec des flammes toujours vives.
  •     Le processus de combustion se répète lorsqu’il ne reste plus que les braises. Après la dernière flamme, c’est le moment où la recharge en bois est nécessaire.

En respectant ces consignes, vous obtiendrez une combustion complète et propre et obtiendrez le meilleur rendement de votre poêle.